Contribution fédérale à la convention nationale Notre Europe

Dans le cadre de la Convention nationale « Notre Europe », la contribution fédérale suivante, préparée par la Commission Europe de la Fédération et amendée par les délégués désignés lors du vote du 6 juin 2013, a été adoptée à l’unanimité lors de la Convention fédérale du 7 juin 2013.

 

Contribution du Parti Socialiste du Bas-Rhin 

Adoptée le 7 juin 2013

La Fédération du Bas-Rhin du Parti Socialiste rappelle son attachement au projet européen et à ses valeurs fondatrices – la paix, la démocratie, les droits de l’homme, la solidarité, qui ont été mis à mal ces dernières années dans une Europe gouvernée majoritairement par la droite. L’absence d’accompagnement de la mise en place de l’euro par des politiques en matière sociale et fiscale, ainsi que la cure d’austérité imposée à plusieurs Etats membres, et l’application trop systématique de la rigueur budgétaire par les droites européennes, ont détérioré la situation de nombre d’Européens et favorisé le repli identitaire, la montée des nationalismes et des extrémismes.

Le changement initié en France en mai 2012 a suscité l’espoir en Europe – l’espoir de renouer avec la solidarité et la croissance. Cela a été clairement renforcé par le discours de François Hollande devant les députés européens à Strasbourg en février dernier, et dans sa conférence de presse biannuelle du 16 mai 2013, dans lesquels il a clairement fait de la relance du projet européen une priorité. Comme lui, nous sommes convaincus que la crise actuelle ne peut être vaincue qu’à la seule condition que les Européens apportent une réponse commune à la mutation que vit notre continent. Et cette réponse doit replacer le citoyen au cœur du projet européen.

A cet égard, les élections européennes de 2014 constituent un moment crucial. Le contexte actuel favorisant l’abstention et la montée des extrêmes, l’enjeu est particulièrement important pour la gauche européenne : il s’agit de recréer le lien avec les citoyens sur un sujet souvent perçu comme distant, difficile à comprendre et sans intérêt. Un effort de pédagogie et de clarté est nécessaire si nous voulons que l’Europe prenne toute sa place dans le débat public : François Hollande a montré la voie en souhaitant que ces élections soient l’occasion d’un grand débat sur l’avenir Europe.

Le PS doit être moteur de ce processus et nous saluons l’organisation de la Convention nationale Notre Europe à cet égard. Le texte de rassemblement soumis au vote des militants le 6 juin contient nombre de propositions fortes pour relancer le projet européen et appuyer la démarche initiée par François Hollande, et nous lui apportons notre soutien plein et entier.

Nous regrettons néanmoins que la démarche proposée n’ait permis ni d’inclure pleinement les militants dès le début, ni de prendre le temps du débat pour faire remonter des propositions de terrain, ni de déposer des textes alternatifs permettant plus de débat sur les idées. Le grand débat sur l’avenir de l’Europe souhaité par François Hollande aurait dû commencer ici, avec les militants socialistes. Or, le calendrier proposé ne l’a pas permis. Nous regrettons aussi que le texte de la Convention, basé sur les travaux des groupes de travail thématiques, ne réponde pas aux impératifs de pédagogie et de clarté nécessaires pour permettre à chacun de s’approprier son contenu. Long, complexe, sans réelle hiérarchisation, ce texte issu de compromis et ses amendements contribuent à créer de la distance avec les militants sur un sujet pourtant majeur.

 

***

Pour les élections de 2014, la Fédération du Bas-Rhin du Parti Socialiste appelle de ses vœux une véritable politisation des débats via une campagne commune forte du PSE. Il nous appartient en effet de démontrer et de convaincre les citoyens qu’une Europe de gauche portent des valeurs et met en œuvre des politiques différentes qu’une Europe de droite.

Cela passe avant tout par la mise en place d’une véritable union politique, démocratique, fédérale et sociale, dans laquelle le citoyen européen, à travers un Parlement européen renforcé ayant le droit de proposer des lois, se sentira pleinement inclus et représenté. Nous proposons aussi l’élaboration d’un programme commun d’instruction civique européenne pour toutes les écoles primaires des pays de l’Union, afin que tout citoyen européen puisse, dès son plus jeune âge, être sensibilisé aux valeurs et aux enjeux de la construction européenne et ainsi développer un sentiment d’appartenance à une même communauté. Ce programme à destination des plus jeunes, préalable nécessaire aux programmes d’aide à la mobilité, comme Erasmus, qui devraient d’ailleurs être renforcés, pourrait être prolongé pour l’ensemble des citoyens européens par des campagnes permanentes de communication organisées entre chaque élection européenne. Cette meilleure information des citoyens européens leur permettra de s’impliquer pleinement dans le processus de construction européenne.

Cette union politique implique aussi la création d’un gouvernement économique et la convergence des politiques en matière sociale et fiscale pour mettre fin au dumping et mieux répartir les richesses. La règle des 3% doit pouvoir être revue si nécessaire. L’Union européenne doit veiller à ce que, même en temps de crise, les Etats membres les plus défavorisés ne soient pas victimes d’une fuite, souvent définitive, de leur population qualifiée au dépend des Etats membres les plus riches. Une meilleure reconnaissance de l’équivalence de diplômes ainsi qu’une harmonisation des conditions de recrutement, en complément d’un salaire minimum européen, sont nécessaires. En outre, nous voulons que des politiques ambitieuses dans le domaine de la recherche et de l’innovation, de l’économie, de l’environnement, de l’énergie, ainsi qu’un plan d’action en matière d’éducation, de formation et d’emploi pour les jeunes soient soutenus par l’adoption d’un budget plus ambitieux financé en partie par des ressources propres, notamment par le biais d’un véritable impôt européen.

Dans un esprit de juste échange, nous devons faire en sorte que l’Union européenne n’intègre des zones de libre-échange qu’avec des partenaires aux protections aussi élaborées que les siennes.

Il est temps de franchir une étape de plus dans l’intégration – sans oublier pour autant les pays voisins de l’Union européenne, dont certains ont vocation à la rejoindre prochainement. L’entrée en juillet prochain de la Croatie rappelle l’attrait du projet européen et nous devons approfondir la coopération et les négociations avec les Etats notamment des Balkans occidentaux souhaitant partager nos acquis.

En même temps, nous souhaitons une politique d’immigration digne et humaine pour les personnes désireuses d’entrer et de vivre dans l’Union.

Dans cette perspective, nous souhaitons que la campagne pour les élections européennes de 2014 soit une campagne proche du citoyen. Elle doit être concrète et montrer comment l’Europe s’illustre au quotidien dans les territoires. Nous encourageons donc à faire le lien avec les prochaines élections municipales et invitons les futurs candidats socialistes à intégrer la dimension européenne dans leur campagne.

Nous réitérons enfin notre appel à considérer Strasbourg, seule ville française accueillant des institutions européennes, comme lieu d’accueil, à défaut de la Convention nationale, des prochaines manifestations européennes organisées par le PS dans le cadre de la campagne à venir. Ce n’est qu’en combinant nos efforts que nous pourrons rendre davantage visible le statut de Strasbourg, capitale de l’Europe, symbole de la réconciliation franco-allemande et des valeurs fondatrices du projet européen, proche des citoyens, et faire cesser les attaques des anti-Strasbourg.

 

Mathieu Cahn, Premier secrétaire fédéral

Camille Gangloff, Secrétaire fédérale aux questions européennes

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Pour nous joindre

    • Par courrier :
      36, rue du Fossé Riepberg
      67100 - STRASBOURG
    • Par téléphone : 03.88.84.05.00
    • Par fax : 03.88.84.81.00
    • Par mail :
      fede67@parti-socialiste.fr
    • Ce site est édité par la Fédération du Parti Socialiste du Bas-Rhin





  • Pages

  • Archives

  • wordpress blog stats
  • juin 2013
    L M M J V S D
    « Avr   Juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930