Pour une sociale-écologie

Communiqué de Presse du 12/04/2012

Mathieu CAHN, Premier Secrétaire fédéral. Fédération du Parti Socialiste 67 et mandataire départemental de François Hollande

et

Robert BETSCHA, Secrétaire Fédéral à l’écologie. Fédération du Parti Socialiste 67

 

La semaine nationale du développement durable vient de  fêter ses 10 ans cette année. Pourtant, nous n’avons jamais si peu parlé d’écologie !  Nous ne pouvons qu’être inquiets de constater que le changement climatique est absent du débat électoral, alors qu’il s’agit du principal défi que l’humanité doit aujourd’hui affronter.

La catastrophe de Fukushima est derrière nous et nous n’avons plus de ministre de l’écologie en France depuis la démission de N.Kosciusko-Morizet et son non- remplacement. On se souvient aussi de la phrase emblématique du Président-candidat, N.Sarkozy en mars 2010 au salon de l’Agriculture : « L’écologie, ça commence à bien faire ».

Si les préoccupations des Français sont aujourd’hui  l’emploi et la crise économique, neuf Français sur dix veulent changer leur mode de consommation (sondage du « Monde » daté du 3 mars 2012). Et c’est bien de ça qu’il s’agit. Nous ne pouvons plus raisonner en termes de croissance économique comme à l’époque des Trente Glorieuses. Nous devons repenser nos modes de production et le lien social qui en découle pour réussir notre transition énergétique. La synthèse entre le social et l’écologie doit se retrouver ensemble dans un programme cohérent et capable de placer au premier plan les défis environnementaux du XXI siècle.

Plus que jamais, il est urgent de définir une véritable écologie socialiste, une écologie précise, concrète et clairement identifiable.

Il nous faut lutter contre le cumul de toutes les précarités qu’elles soient économiques, sociales, environnementales et poursuivre un objectif de sobriété énergétique national sans jamais remettre en cause un accès pour tous au service énergétique minimum.

Aujourd’hui le seul candidat à l’élection présidentielle qui incarne réellement cette responsabilité est François HOLLANDE. Son programme environnemental propose des mesures lucides et volontaires :

– Soutenir par des aides ciblées les mutations écologiques et  énergétiques de l’industrie et la promotion de l’agriculture biologique.

– Réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% et en favorisant la montée en puissance des énergies renouvelables.

– Proposer des mesures de protection des consommateurs avec une véritable tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz afin de garantir l’accès à tous à ces biens essentiels et d’inciter à une consommation responsable.

– Initier un vaste programme de rénovation thermique de qualité offrant un gisement d’emploi et l’avantage de préserver le pouvoir d’achat des ménages par les économies réalisées.

Enfin dès le début du quinquennat, un grand débat national sur la transition énergétique sera proposé aux Français associant largement les acteurs et les citoyens et dont le Parlement fixera la conclusion par le vote d’une loi de programmation  énergétique.

Avec l’élection de François HOLLANDE, un virage nécessaire et urgent sera immédiatement amorcé. Une nouvelle ligne politique donnera enfin priorité au social et à l’écologie, deux leviers essentiels à la réussite d’un avenir construit ensemble.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *