Philippe Richert, Ministre de la République ou VRP de Sarkozy

Communiqué de presse de Mathieu Cahn,

Premier Secrétaire Fédéral et mandataire départemental de François Hollande

Le 7 mars 2012

 

 

Le site internet du Ministère de l’Intérieur (www.interieur.gouv.fr) a publié mardi 7 mars 2012 une tribune de Philippe Richert, Ministre chargé des Collectivités territoriales.

Cette tribune intitulée “François Hollande se paie en mots” n’est rien d’autre qu’un tract électoral attaquant et dénigrant les propositions de François Hollande. Il est choquant que cette publication figure sur le site officiel du Ministère de l’Intérieur. Je souhaiterais rappeler à Philippe Richert l’article L.52-8 du Code électoral, qui interdit à une collectivité publique de participer à la campagne d’un candidat dans l’année qui précède le scrutin, cette participation étant constitutive d’un don (ou d’un « avantage ») interdit aux personnes morales.

A l’image de son candidat, le ministre-président Richert ne semble plus très soucieux des principes et des lois de notre République visant à garantir l’impartialité de nos institutions.

Philippe Richert serait bien inspiré de lire attentivement le discours prononcé par François Hollande, devant plusieurs milliers d’élus de la République, réunis à Dijon le 3 mars dernier.

François Hollande y a souligné la nécessité de « garantir le niveau de dotation de l’État aux collectivités locales ». Il a également confirmé qu’il reviendrait sur la réforme territoriale votée en 2010 sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy : « il sera mis fin au conseiller territorial, ce qui supposera de revenir au mode de scrutin des régionales et d’inventer un nouveau pour les départements ».

Plutôt que de critiquer François Hollande, le Ministre des Collectivités Territoriales serait bien inspiré de rappeler à Nicolas Sarkozy, qui depuis 5 ans a transféré de plus en plus de compétences aux régions, aux départements et aux communes sans transfert de moyens que la compensation est inscrite dans  l’article 72-2 de la Constitution : « tout transfert de compétences entre l’État et les collectivités territoriales s’accompagne de l’attribution de ressources équivalentes à celles qui étaient consacrées à leur exercice ».

De même le Président de la Région Alsace aurait pu utilement informer son candidat des différents transferts de charges et personnel (ATOS par exemple) décidés par l’UMP. Il aurait ainsi évité à Nicolas Sarkozy de s’enferrer dans des contre-vérités évidentes hier soir dans l’émission « Des Paroles et des Actes ».

Visiblement la République a besoin d’un Ministre des Collectivités Territoriales maitrisant ses dossiers et disponible pour assurer ses fonctions. Cela sera bientôt le cas et Philippe Richert pourra alors se consacrer pleinement à son grand projet de Conseil Unique d’Alsace pour lequel visiblement il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir, y compris pour convaincre ses amis politiques.

 

 

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *