Nicolas Sarkozy en campagne : mauvais feuilleton pour les agriculteurs

Communiqué de la Fédération du Parti Socialiste du Bas-Rhin
Mardi 18 janvier 2011

Les élections approchent et, comme l’an dernier, Nicolas Sarkozy enfile donc son double costume de Président de la République / leader de l’UMP pour venir en Alsace tenter de sauver les meubles de sa formation politique, sous couvert cette fois de présenter ses voeux au monde rural. Sans qu’on sache vraiment s’il emportera aussi dans ses bagages sa cape de candidat à la prochaine présidentielle, il est certain que chacun pourra reconnaître le déguisement qu’il affectionne : celui de sauveur du monde agricole. Déguisement trompeur et, dans ce domaine comme en d’autres, les masques tombent.

Cette année, comme l’ensemble du mandat de Monsieur Sarkozy, a en effet été malheureusement riche en déceptions pour les agriculteurs et le monde rural au regard des politiques menées par l’UMP. Les territoires ruraux doivent déjà affronter seuls une fragilisation sans précédent liée à la fermeture en cascade de services publics et à l’abandon volontaire et assumé du monde rural par l’UMP. Ils doivent se rendre à l’évidence que Nicolas Sarkozy, en 2010 comme en 2011, sacrifie l’agriculture française sur l’autel de l’austérité – lui qui continue à préserver le bouclier fiscal pour ses amis.

Les conseillers généraux UMP, pris entre les attentes légitimes de leurs concitoyens et l’alignement sur un Gouvernement de plus en plus aveugle quant aux difficultés du monde rural, n’affichent pour leur part qu’une unanime passivité face aux difficultés des territoires ruraux de notre Département. Jusqu’à s’embourber dès qu’il est question du GCO : le Président de la République, le Ministre-Président de Région Philippe Richert, le Président du Conseil Général Guy-Dominique Kennel, tout l’UMP, en réalité, est pour, quelles que soient les déclarations de ses représentants locaux. A l’opposé, la Fédération du Parti Socialiste du Bas-Rhin a pris clairement position contre ce projet inutile, coûteux et inefficace, position exprimée par son Conseil Fédéral et relayée par ses élus.

L’absence de perspectives n’est pas une fatalité pour le monde rural. Le Parti Socialiste du Bas-Rhin a choisi de ne pas répondre à la vacuité des annonces présidentielles par une protestation sans lendemain : le lundi 14 février, il lancera un cycle d’échanges avec le monde agricole par une rencontre sur le thème de l’avenir de la Politique Agricole Européenne, en présence des députés européens en charge de ce dossier. Cette rencontre aura lieu dans le Kochersberg, sur les lieux même de l’intervention présidentielle. Gageons qu’elle comportera plus d’annonces concrètes, d’échanges et de perspectives que l’aller-retour en coup de vent d’un Président qui, le temps d’une journée, aura chaussé les bottes pour «faire rural», sans répondre aux interrogations des territoires.

La Fédération du Parti Socialiste du Bas-Rhin adresse elle aussi ses meilleurs voeux pour 2011 au monde rural et espère que cette année lui permettra de retrouver des représentants capables de défendre efficacement ses intérêts et de lui offrir des perspectives d’avenir.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *