Quel avenir pour le Mois de l’Autre ? – communiqué des élus régionaux socialistes

Communiqué de presse du 27 avril 2010

Aujourd’hui, s’est tenue à Strasbourg la journée de clôture des Rencontres du « Mois de l’Autre » rassemblant plus de 1000 lycéens venus de toute l’Alsace. Cette manifestation, initiée et fortement portée par Adrien ZELLER avait été voulue par ce dernier pour lutter contre les discriminations et toutes les formes de racisme et d’intolérance. En créant cet évènement, l’Institution Régionale s’adressait aux jeunes alsaciens, et répondait aux profanations répétées des cimetières israélites de la Région.

Pour la première fois en six ans, le Président de la Région n’ouvrait pas cette journée. L’absence de Philippe RICHERT, finalement resté au Sénat, a été vivement remarquée. Curieusement, ni son 1er Vice-président – pourtant délégué aux représentations – ni la Présidente de la commission « Lycées, Education, Formation initiale » n’étaient présents pour le suppléer. Aucun membre de l’exécutif du Conseil Régional n’était donc présent. De plus, bien que cette manifestation se soit déroulée à Strasbourg, Philippe Richert n’a visiblement pas jugé bon d’inviter le Maire de la ville.

Ces  « absences » et ces « oublis » nous interpellent : Philippe Richert a-t-il véritablement le temps de se consacrer à la Région Alsace et à ses concitoyens, puisque sa tâche au Sénat semble l’accaparer au point qu’il ne peut se rendre à un rendez-vous hautement symbolique et piloté par la Région ?  Les membres de l’exécutif régional, et en premier lieu le Président, sont-ils toujours préoccupés par la lutte contre les discriminations et toutes les formes d’intolérance et de racisme, comme c’était le cas lors du mandat précédent ? En choisissant de ne pas inviter le Maire de Strasbourg, Philippe Richert souhaite-t-il entretenir le clivage entre « l’Alsace des villes » – qui a majoritairement voté à gauche – et « l’Alsace des champs » – qui l’a majoritairement soutenu – alors que son rôle devrait être de rassembler l’ensemble des Alsaciens ?

Ces manquements posent enfin une dernière question : l’existence du « Mois de l’Autre » n’est-t-elle pas menacée, sachant que l’enveloppe dévolue à cette manifestation et le nombre de projets soutenus sont en baisse depuis deux ans ?

Anne-Pernelle RICHARDOT

Pour le groupe des élus socialistes et démocrates

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *