Hausses d’impôts du Conseil Général : l’UMP protège Sarkozy, les contribuables Alsaciens payent l’addition

Communiqué de presse de Mathieu Cahn
Premier Secrétaire fédéral de la Fédération du Bas-Rhin du Parti Socialiste
Le 23 avril 2010

La presse nationale et locale s’est faite l’écho, ces derniers jours, de l’augmentation de la taxe d’habitation que subiront en 2010 les habitants de notre département., et notamment ceux de Strasbourg.

La Fédération du Parti Socialiste du Bas-Rhin souhaite attirer l’attention des Strasbourgeois et des Bas-Rhinois sur les raisons qui expliquent cette augmentation.

L’augmentation des taux des impôts de la Ville de Strasbourg sera, en 2010, de 0 %.

L’augmentation de 9,4 % du total de la taxe d’habitation en 2010 est due, pour une petite partie, à une revalorisation par l’Etat des bases d’imposition de cette taxe. Elle découle surtout et pour l’essentiel d’une augmentation, pour la deuxième année consécutive, du taux de la part prélevée par le Conseil Général, et d’une nouvelle politique d’abattements particulièrement défavorable aux contribuables.

Cette augmentation résulte donc principalement des choix effectués par le Conseil Général.

La Fédération du Parti Socialiste du Bas-Rhin n’ignore pas que tous les Départements sont confrontés à un durcissement de leur situation financière, du fait de la mauvaise compensation des transferts de compétences décidés par l’Etat. Mais elle constate qu’ailleurs, les Conseils Généraux ont choisi de dénoncer l’irresponsabilité de l’Etat, soit en présentant – au risque de se voir dessaisir de leurs pouvoirs – un budget en déséquilibre, soit en attaquant avec succès l’Etat devant les tribunaux pour obtenir le règlement effectif des sommes dues au titre de l’APA (Aide Personnalisée à l’Autonomie), du RSA (Revenu de Solidarité Active) ou de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) – ces trois dépenses sont fixées par le Parlement et s’inscrivent obligatoirement dans les dépenses des Conseils Généraux.

C’est donc la responsabilité de la majorité UMP du Conseil Général du Bas-Rhin d’avoir préféré protéger ses amis nationaux et masquer les conséquences de leur imprévoyance en en faisant peser le poids sur les contribuables.

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *