Raison n°3

Jusqu’au 14 mars, nous vous proposons 13 raisons de soutenir Jacques BIGOT et sa liste L’Alsace plus juste, une région plus forte.

RAISON N°3 :
L’ALSACE NE SERA PLUS FORTE QUE SI ELLE EST PLUS JUSTE

JACQUES BIGOT ET SA LISTE «L’ALSACE PLUS JUSTE, UNE RÉGION PLUS FORTE» souhaitent réinventer les solidarités pour que la Région puisse agir pour plus de justice.

Pour une région plus forte, il faut développer les solidarités entre le territoires de notre région, mais aussi renforcer les partenariats avec nos voisins Suisses et Allemands ainsi qu’avec les régions du Grand Est. La mutualisation des moyens et la coordination des politiques seront des vecteurs d’efficacité de l’action publique à l’échelle du Rhin supérieur.
La crise et le chômage appellent une réaction immédiate en faveur de l’emploi. L’individualisme croissant de notre société, conjugué à la crise économique, demande d’aider les personnes les plus fragiles et les plus isolées socialement. C’est pourquoi nous lancerons immédiatement un plan d’urgence pour des emplois de qualité, dans le domaine recelant actuellement le plus fort potentiel de créations d’emplois, celui des services à la personne.
Pour que l’économie sociale et solidaire ne soit plus considérée comme un gadget, son écosystème sera restructuré pour lui assurer plus de visibilité. En plus de l’insertion, c’est une façon alternative de développer l’économie. Ce secteur sera donc doté d’une véritable stratégie de développement qui intégrera les associations créatrices d’emplois durables dans le système d’aide de la Région.
Pour améliorer le quotidien de chacun, nous voulons garantir à tous le logement et la santé. C’est pourquoi la Région:

  • accompagnera les communes pour l’acquisition de terrains visant à la création de logements sociaux ;
  • contractualisera avec les bailleurs sociaux des objectifs de réduction des charges liées aux logements;
  • favorisera les réseaux médicaux en zone rurale pour assurer une égalité d’accès aux soins;
  • et mettra en place des « contrats pour l’accès aux soins » avec les communes et les praticiens qui feront le choix d’exercer dans les zones peu médicalisées.
Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *