La semaine ouvert, le dimanche au vert !

dimanche

En réponse à la grave crise économique qui sévit actuellement, la droite a comme seule réponse des reculs sans précédent sur le droit du travail. La nouvelle proposition de loi sur le travail du dimanche en est un exemple flagrant. Le texte débattu la semaine prochaine est loin de présenter des concessions par rapport au texte précédent. Derrière la communication, la vérité du texte présenté est la généralisation du travail dominical dans le commerce. Plus de 5000 communes touristiques seront touchées. Ce sont toutes les grandes villes de France, les villes moyennes et les petites villes qui sont frappées de plein fouet par la proposition de loi.

A rebours des discours lénifiants de la majorité, pour l’extrême majorité des salariés, il n’y aura ni volontariat ni contrepartie au travail dominical qui leur sera imposé sous peine de sanction, jusqu’au licenciement.

La mise en avant du volontariat pour quelques zones qui se comptent sur les doigts d’une main relève de la tromperie. Quel demandeur d’emploi exprimera son refus de travailler le dimanche au moment de l’entretien d’embauche ? Le texte ne prévoit en outre aucun droit de retour automatique à un poste sans travail dominical. La majorité crée ainsi le volontariat obligatoire !

Le Parti socialiste s’oppose avec force à ce recul social extrêmement préoccupant pour les droits des salariés. Il s’y oppose pour les mêmes raisons que lors des débats sur le premier texte présenté en décembre 2008. Les critiques restent les mêmes. Pour le Parti socialiste, le travail du dimanche est :

– inefficace sur le plan économique
– dangereux pour les salariés
– néfaste pour la vie sociale

Les parlementaires Alsaciens de la majorité ont beau affirmer que l’Alsace n’est pas concernée , on voit difficilement comment notre région pourrait à terme échapper à cette mesure, si elle était votée.

Une décision destructrice d’emplois

La concurrence déloyale imposée aux petits commerçants et artisans par les grandes surfaces entraînera la destruction de dizaines de milliers d’emplois dans le petit commerce.

Un modèle de société inacceptable
Nous refusons une société du tout marchand, 7 jours sur 7, 365 jours par an. Nous voulons garder notre dimanche pour avoir du temps pour soi, pour nos familles, voir nos ami(e)s, participer à la vie associative, accéder à la culture, faire du sport, bref un dimanche pour vivre.

Un effet nul sur la croissance
L’effet sur la croissance sera nul, car l’argent dépensé le dimanche ne le sera pas le reste de la semaine.

Une fausse liberté pour les salariés
Des milliers de salariés n’auront pas le choix et seront contraints de travailler le dimanche sous peine de perdre leur emploi. Ils n’auront même pas la garantie de voir leur salaire
augmenter…

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *