Après le sommet de l’OTAN…

logo1.JPG

Suite à la tenue du sommet de l’OTAN à Strasbourg, Kehl et Baden-Baden, et aux dégradations commises par les éléments les plus violents des manifestants anti-OTAN, le Parti Socialiste souhaite préciser les points suivants.

LE PARTI SOCIALISTE DENONCE les dégradations matérielles commises par des individus violents sur des équipements publics et privés au Neuhof et dans le quartier du Port du Rhin, ainsi que leur choix de recourir à la violence. Le Parti Socialiste tient à réaffirmer, à cette occasion, son attachement aux voies d’expression démocratiques. Il déplore l’amalgame dressé par Jean-Emmanuel Robert[1] entre la participation à une manifestation et le soutien à ces éléments violents ; cette récupération politique n’est pas digne.

Il ne s’agit pas pour le Parti Socialiste de mettre en cause les forces de l’ordre qui se sont efforcées d’agir avec mesure et en proportion de la violence qui leur était opposée ; cela ne l’empêche pas de s’interroger sur la pertinence du dispositif de sécurité mis en place, ainsi que sur l’utilisation, la répartition et la disposition des effectifs. C’est aussi et surtout sur le fonctionnement de la chaîne de commandement qu’il attend des précisions. Il souhaite comprendre ce qui a pu conduire les responsables du dispositif à ne pas faire intervenir de forces de l’ordre pendant près d’une heure[2] pour interrompre les dégradations commises notamment sur un hôtel et une pharmacie de quartier.  

LE PARTI SOCIALISTE RAPPELLE que la sécurité intérieure et les interventions des forces de l’ordre sont du seul ressort, donc de la seule responsabilité du représentant de l’Etat dans le Département, et par extension du Gouvernement. Les affirmations de M. Robert Grossmann suivant lesquelles « Roland Ries est co-responsable de la sécurité des habitants », les « responsabilités sont partagées » et « toute action de maintien de l’ordre est une coproduction de la Ville avec les services de l’Etat »[3] sont grotesques. Elles démontrent soit une méconnaissance étonnante de la manière dont se préparent et se déroulent lesdites actions de maintien de l’ordre à l’occasion de telles manifestations soit, là encore, une grossière manipulation politicienne.   

LE PARTI SOCIALISTE DEPLORE que l’occasion qu’aurait pu offrir ce sommet de confronter sereinement les opinions relatives au rôle de l’OTAN et au retour de la France dans son commandement militaire intégré n’ait pu être saisi complètement, à cause du tour pris par les manifestations. Il est en outre remarquable que seuls des militants et sympathisants UMP aient été invités à accueillir Nicolas Sarkozy et Barack Obama au Château des Rohan. Nicolas Sarkozy continue d’utiliser sa fonction de chef de l’Etat pour satisfaire les membres de sa formation politique, au lieu d’inviter les Strasbourgeois qui subissaient les conséquences du contre-sommet à le rencontrer. Le Parti Socialiste espère que la réflexion pourra s’engager sur la tenue de sommets comme celui-ci, qui ne pourront éternellement se dérouler à l’écart des populations, et dans des conditions qui protègent mieux des violences les chefs d’Etat que les habitants.


[1] DNA, dimanche 5 avril

[2] DNA, dimanche 5 avril

[3] DNA, lundi 6 avril

Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *